La vertu du mois

Novembre

Le Service de la Prière

Mes bien chers enfants,

Le saint, c'est celui qui après avoir tout reçu des mains de Dieu, rend tout aux plus petits, aux plus pauvres, aux plus humbles. Si les saints du Ciel font tant de bien sur la terre à ceux qui les prient, c'est parce que leur cœur est bien trop débordant d'amour pour ne pas être offert à tous ceux qui en ont si besoin.

 

Laissez-moi vous raconter une histoire vraie :

Nous sommes au Brésil, en mars 2013. Le petit Lucas, âgé de cinq ans, se trouve chez son grand-père et joue avec sa petite sœur, quand tout à coup il glisse et tombe d'une fenêtre, se fracassant le crâne après une chute de plus de six mètres de haut... Transféré immédiatement à l’hôpital le plus proche, l’enfant arrive dans le coma et fait deux arrêts cardiaques avant d’être opéré d’urgence. Le pire est à craindre. " Votre fils a peu de chance de survivre " pronostiquent les médecins, ou alors "il vivra avec de graves déficiences neurologiques et cognitives".

 

C’est sans compter sur la foi profonde des parents de Lucas, qui ont une grande dévotion envers Notre-Dame de Fatima. Immédiatement, ils prennent contact avec un couvent de carmélites et leur demandent des prières pour leur enfant. Aussitôt, les religieuses se mettent à prier devant les reliques des bienheureux Francisco et Jacinta posées près du tabernacle de leur chapelle. Et la famille fait de même de son côté.

 

À la grande stupéfaction des médecins, le 9 mars, soit six jours après le drame, Lucas se réveille et se met à parler. Douze jours après son hospitalisation, Lucas est sur pied, sans aucune thérapie à suivre, son état étant jugé "totalement revenu à la normalité"... Lucas, tout heureux, rentre chez lui complètement rétabli, sans aucune séquelle !

L'équipe médicale, témoin de ce prompt rétablissement, l'a qualifié " d’inexplicable d’un point de vue scientifique ". Mais pour les parents du petit Lucas, il n'y a aucun doute, c'est bien Marie, protectrice des familles, qui a sauvé leur petit garçon.

 

Les saints, mes enfants, ne cessent pas de servir. De servir Dieu, en servant leurs frères souffrants. A leur suite, faisons, nous aussi, le service de la prière pour tous ceux qui en ont si besoin, à commencer par les âmes du Purgatoire.

Toutes attendent les consolations de nos prières, et toutes attendent de nous que nous offrions nos joies et nos peines, nos petits sacrifices du quotidien pour hâter pour elles le jour de la lumière du Ciel. Alors en ce mois de novembre, prions bien pour elles, et pour les âmes les plus délaissées du Purgatoire.

A l'école et à la maison:

Chaque jour, je rends un service, de tout mon cœur, et dans la joie.

Dans ma prière:

Je demande à l'Esprit Saint le courage pour servir mes proches.

Abbé Sébastien Damaggio+ FSSP